Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« C'est trop injuste | Accueil | Pourquoi en veut-on aux allégements de charges ? »

Commentaires

Etienne LEHMANN

J'ai moi aussi eu un énorme haut le cœur en entendant parler de ce rapport. On a l'impression de vivre ici l'histoire de l'arroseur arrosé. Alors que beaucoup d’économistes plaident (à juste titre) pour que les politiques économiques soient systématiquement évalués, c’est une évaluation sommaire car uniquement comptable qui risque de faire beaucoup de dégâts en pleine campagne électorale. Je me permets deux remarques.

Premièrement, je m’attends au piège suivant lorsque l’on devra défendre ces dispositifs. Doit-on évaluer les seuls dispositifs d’allègement de charge, indépendamment des coups de pouce supplémentaires du SMIC qu’ils ont permis (au moment des 35 heures mais aussi au moment du coup de pouce de Chirac après son élection contre la fracture sociale). Evidemment, c’est à mon sens la première approche qu’il conviendrait de suivre. La même remarque devrait d’ailleurs s’appliquer aussi à l’évaluation de la Prime pour l’Emploi. En tant que telle la PPE ne doit pas être très créatrice d’emploi. En revanche, relever le pouvoir d’achat au niveau du SMIC par la PPE plutôt que par le SMIC doit être beaucoup plus favorable. Or c’est dans ces termes qu’était posée la question au moment du lancement de la PPE.

Deuxièmement, pourquoi donc un "truc" qui marche si bien est aussi mal assumé idéologiquement tant par la Droite que par la Gauche ? La droite au prétexte que cela représente un poste budgétaire important et la gauche au prétexte qu’il s’agit d’un cadeau aux patrons sans contrepartie négocié (heureusement que dans les deux camps, il y a des exceptions). Il y a un article de Thomas Piketty dans European Economic Review 1999 pp. 839-851 qui m’a beaucoup frappé sur cette question.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.