Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Preservandum est index | Accueil | Haro sur les psychologues ! »

Commentaires

Laurent

Que voulez-vous dire exactement ? Il y a un message à faire passer que je n'ai pas compris ?

leconomiste

J'imagine que le message est que les générations précédentes étaient habituées à une hausse assez forte et continue des prix, et ne criaient pas à la catastrophe à la moindre augmentation des prix (qui est aussi un signal économique quant à l'opportunité d'augmenter les capacités de production).

Bernard Salanié souligne ainsi que cette inflation persistente ne semble pas avoir amené une paupérisation massive des ménages, sauf les quelques rentiers que, suivant Keynes, on ne regrettera pas. Là où il est un peu de mauvaise foi, c'est que la « modération salariale » en vigueur en France depuis les années 1980, concrêtement une stagnation prononcée des salaires nominaux, signifie que le moindre point d'inflation supplémentaire se traduit dans le pouvoir d'achat.

Comme il l'a déjà souligné cependant, il existe un effet psychologique faisant que les individus sont plus sensibles aux hausses de prix qu'aux baisses.

Jean V

Bernard Salanié s'est quelque peu laissé emporter par sa plume en parlant de "certains vieillards chenus" et de "subrepticement" à propos du passage au "nouveau franc" de 1960. Il suffit d'avoir au moins 55 ans environ pour se souvenir de cet évènement qui est loin d'être passé inapperçu à l'époque. Je qualifierais son retentissement de comparable à celui du passage à l'euro. Idem pour la persistance des anciens repères : le "million ancien" a longtemps continué à servir de référence pour ceux qui ne manipulent pas ce genre de sommes tous les jours, et persiste même aujourd'hui. Je pense que le fait qu'il n'y avait pas besoin de calculette (pas encore inventée) pour faire la conversion a plutôt favorisé la persistance des anciennes références.
A part ça, quel est le message, s'il y en a un ? Qu'une inflation importante est historiquement le cas le plus fréquent ? Les choses auraient-elles vraiment changé ?

Bernard Salanie

Je ne cherchais pas particulierement a relier ce billet au precedent. Je constate en enseignant l'economie que pour mes etudiants, l'inflation n'est vraiment pas une preoccupation majeure, alors qu'elle dominait les pages des journaux quand j'avais leur age. "Une inflation importante est historiquement le cas le plus fréquent" : certes non. L'inflation (si on met de cote les variations de prix parfois fortes liees aux recoltes) etait un phenomene rare jusqu'a l'arrivee de l'or et de l'argent de l'Amerique espagnole au XVIe siecle. Ensuite les prix sont restes presque stables---encore une fois, en faisant abstraction de la Revolution et de ses guerres par exemple ; et une periode d'inflation etait souvent suivie d'une periode de deflation. Le XXe siecle en France constitue une anomalie en ce que l'inflation y a toujours ete positive, parfois tres forte.

Je pensais naivement que les chiffres etaient interessants aussi... exercice : calculet les rendements d'un placement en emprunts du Tresor americain de 1900 a 2000, par rapport au placement favori des Francais, la presse corrompue par le tsar aidant---l'emprunt russe !
Et prevenez-moi quand vous aurez fini d'aligner les zeros... :-)

econoclaste-alexandre

Pour l'emprunt russe, je sais. Mon arrière grand-père avait revendu tout son patrimoine (deux petites maisons de corons, les économies d'une vie) pour acheter des emprunts russes. Quelques 80 ans plus tard, en contrepartie de ceux-ci, ma famille a reçu du gouvernement russe la somme d'environ 5000 FRF. Ce qui fait de l'emprunt russe un meilleur placement que le franc, mais certainement plus mauvais que le T-bond.

jmatt

C'est une question de point de vue : on peut également dire que l'ajustement de la masse monétaire sur la quantité d'or sortie d'une mine est une anomalie au vue des qualités d'une monnaie. Le système actuel n'a aucune raison de générer de phase de déflation après une période d'inflation et c'est tant mieux. Cela n'affranchit bien sur pas les autorités monétaires de leurs responsabilités...

Golfeur

Très honnêtement, je n'ai toujours pas trouvé de mécanisme redistributif plus efficace que l'inflation. Si on considère d'une part l'importance de savoir redistribuer les profits de la croissance pour garantir la paix, et d'autre part le coût prohibitif d'une gestion publique de cette redistribution pour une efficacité somme toute douteuse, j'avoue réellement me demander s'il existe un meilleur gouvernement que l'inflation dans une économie libérale.

meriem

g une recherche sue le prix nobel de l'economie en 2006 mais g rien trouvé please aidez moi

Richelieu-Laplace

Message pour Mr Bernard SALANIE ( et d'autres le cas échéant... )
Vous devez continuer à vous battre pour une indemnisation qui ne sera pas une insulte pour vos parents : 5000 fr soit 1% de la valeur de vos emprunts russes ? Rejoignez-nous

Richelieu-Laplace

l'adresse des porteurs d'emprunts russes :

http://empruntsrusses.winnerbb.com


inscrivez-vous : c'est gratuit

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.