Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Smith à Toulouse | Accueil | Je capitule... »

Commentaires

Gus

C'est bizarre : il me semblait que, en démocratie, la seule responsabilité sociale d'une entreprise était de payer ses impôts, ainsi que les cotisations auxquelles la volonté des citoyens l'assujetit.

Aloysius

A Gus: La recherche du profit pour les entreprises n'a vraiment rien de bizarre, bien au contraire. L'illusion que le profit est anormal vient d'une vision purement statique des choses (très répandue parmi les économistes du 19e siècle). En effet, si rien ne bouge tout profit tend à disparaître et l'économie peut atteindre un niveau d'équilibre. Le profit est le moteur de l'innovation, c’est-à-dire du progrès économique, et donc de la croissance. Pas de profit, pas de croissance ! L'ennui, évidemment, est que l'innovation et le profit chamboulent tout et qu'il est souvent difficile de s'adapter (nouveaux entrants, faillites, restructurations, etc.) : cela s'appelle le processus de « destruction créatrice »... Mais, que voulez-vous, on ne peut avoir à la fois le beurre et l'argent du beurre, ni le changement et la stabilité !

Gus

Aloysius: je n'ai jamais dit le contraire : après tout, pour payer des impôts, il faut bien faire du profit. D'ailleurs, pour subir des augmentations d'impôts, il faut bien chercher à faire plus de profit en exploitant au mieux les infrastructures collectives et la sécurité générale créées avec le produit de l'impôt.

Donc, oui, effectivement, la recherche du profit par les entreprises socialement responsables qui paient leurs impôts est un facteur de progrès, de la même manière que la lutte active contre les entreprises qui font du profit en parasitant les infrastructures collectives est un facteur de progrès, puisqu'il ouvre la voie aux entreprises responsables.

Aloysius

Pardon à Gus d'avoir manqué l'ironie (il est quelques fois difficile sur le net de bien saisir les nuances). Sur le fond, notez que le « profit » doit s'entendre après impôts. En régime stationnaire, il pourrait très bien y avoir un équilibre avec paiment d'impôts (sur la consommation et les revenus) et sans profits...

dalissia

Le profit chez les uns n'amène-t-il pas un appauvrtissement des autres?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.