Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Le B2C en France | Accueil | Les nouveaux instruments fiscaux des uns et des autres »

Commentaires

Jerome

well, dans les bons résultats des universités US, il serait aussi de mesurer la part due aux chercheurs étrangers. Quasiment tout chercheur français qui sort de thèse doit poursuivre son parcours à l'étranger, dans le cadre du fameux "post-doc".

Evidemment, nombre d'entre eux choisissent de passer ces 2 ans aux US pour se frotter à ces fameuses universités qui allient recherche et enseignement. Combien de ces collaborations donnent des résultats ? Beaucoup. Beaucoup de publications scientifiques en résultent. Mais évidemment, ce sont les américains qui en béneficient et qui nous regardent de haut ensuite, dans de tels classements ineptes (puisque la recherche,allons bon, n'est pas la priorité de nos universités)

Don, à mon sens, la capacité des universités US à attirer les cervaux étrangers, au moins pour un temps, est certainement leur meilleur atout. Je ne vois pas le moindre centre européen capable de rivaliser à cause de la langue, comme vous le dites. Tant qu'on ne se rendra pas compte que l'anglais est incontournable, on n'y arrivera pas. C'est la langue que tous les gens que je croise ici, en Pennsylvanie, parlent : coréens, japonais, chinois, européens, russes, chilien, mexicains, argentins, costariciens, etc... Point.

Bernard Salanie

Jérôme, la langue est un outil, mais c'est l'extraordinaire pouvoir d'attraction du modèle américain (notamment comparé aux horreurs de l'histoire européenne) qui explique la domination de l'anglais, pas l'inverse... quand Einstein, Fermi, Pauli et des dizaines d'autres sont partis aux Etats-Unis, la Mecque de la physique était en Europe ; ce n'est pas l'obligation de travailler en anglais qui les a obligés à l'exil.

Sylvain

Bernard,
si les grand physiciens européens ont fui (et non émigré) aux Etat-Unis, ce n'est pas pour l'attractivité des universités américaines de l'époque, mais pour fuir le totalitarisme.
Celà n'a pas grand chose à voir.

La Mecque (comme vous dites) de l'époque était bel et bien l'université de Berlin, et l'Allemagne en général était un centre culturel scientifique et intellectuel de premier plan, qui a été anéanti par la guerre et le nazisme.

Bernard Salanie

C'est la raison pour laquelle j'avais rajouté à ma liste Pauli (Suisse, si je ne m'abuse) ; il y a aussi eu des Indiens, des Britanniques.... Mais j'admets que j'avais exagéré.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.