Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Les biens d'experience | Accueil | Merci, T-Mobile ! »

Commentaires

François

Aller jusqu'aux USA pour faire du bricolage… ;-)

"(Compte tenu de la disponibilité d'une main-d'oeuvre étudiante abondante et très désireuse d'arrondir ses fins de mois,il y a évidemment de solutions plus simples...)"

Dieu (et les directeurs d'université) vous entendent !

Le classement mondial est un classement parmi d'autres :

http://phnk.com/blog/?2005/08/22/272

Xavier

Au sujet du classement des universités...

L'ENS Ulm est 93e derrière L'Université de Strasbourg; l'X est dans les 200-300, les Mines de Paris dans les 300-400, aucune trace d'HEC... Hmmm, quelque chose me dit que les critères de classement ratent quelque chose.

Je vérifie : http://ed.sjtu.edu.cn/rank/2005/ARWU2005Methodology.htm
10% - Prix Nobels et médailles Field des alumni;
20% - Prix Nobels et médailles Field du staff;
20% - Chercheurs cités dans la littérature;
20% - Publications dans Nature et Science;
20% - Publications dans d'autres journaux;
10% - Un critère de taille pour favoriser les petits.

Ceci appelle 2 commentaires : On mesure beaucoup plus la qualité (ou la renommée) du staff que celle de l'éducation. On mesure les qualités du staff à l'aune de sa contribution en recherche. En gros, c'est beaucoup plus un classement des "research facilities" que des universités. Sauf qu'on ne prend que les "research facilities" qui accueillent des étudiants.

Ce classement est parfaitement adapté au système d'éducation Anglo-Saxon (international) où recherche et éducation sont réalisés dans les mêmes institutions. En France, on ne fait bien sur rien comme les autres. On a des centres de recherche publics de très haut niveau (Inserm, Leti...) mais qui ne font pas d'enseignement, donc ils n'apparaissent pas dans le classement. On a des centres d'éducation de très haut niveau (aka grandes écoles : Ulm, X, HEC...) mais qui font très peu de recherche, donc sont mal classés. Et on a des "universités mixtes" (éducation et recherche) qui ne drainent généralement pas les meilleurs chercheurs ou étudiants, donc ne sortent pas très bien classées.

Je m'empresse d'ajouter que le "généralement" de la phrase qui précède doit s'entendre en un sens très... général. Il y a bien sur d'excellents étudiants et chercheurs dans les facs françaises. La différence avec leurs homologues Anglo-Saxonnes est qu'elles sont en compétition avec les grandes écoles pour attirer les étudiants et avec les grands centres de recherche publique pour attirer les chercheurs.

Les résultats de cette étude méritent mieux que le "c'est pas si mal" du Monde ou les sempiternels "on est vraiment trop nuls" défaitistes. Ce qu'il nous rappelle, en définitive, c'est qu'une fois de plus nous ne faisons pas comme les autres. Cela entraîne, à mon sens, 2 questions.

La question du fond. Quel système est le plus efficace? Y a-t-il des bonnes idées à prendre chez les autres?

La question de la forme. De telles études ont un impact marketing désastreux pour le système Français et ses institutions. On devrait peut-être envisager de fusionner (ne serait-ce que facialement) des grandes écoles et des labos.

Bernard Salanie

Xavier : en principe, les universités devaient faire à la fois de l'enseignement et de la recherche. Par ailleurs, de très nombreux labos du CNRS (qui n'apparaît effectivement pas dans ce classement) sont en fait mixtes universités-CNRS, et les chercheurs doivent mentionner leurs deux tutelles dans leurs publications, si bien que ce classement doit le refléter. De même, les diplômés des grandes écoles qui entament une thèse sont souvent rattachés à une université---il est vrai que dans leur cas, ils ont des "outside options" qui les détournent souvent d'une carrière dans la recherche, en France tout au moins. Ulm, l'X, tout cela est fort bien, mais ce sont des effectifs minuscules... dans l'ensemble, ce classement est certes imparfait, mais je crains quíl ne donne une image assez réaliste des choses.

En ce qui concerne une alternative possible, je n'ai pas de Plan Global de Réforme à offrir ; mais voici un texte intéressant :

http://bsalanie.blogs.com/economie_sans_tabou/2005/07/lenseignement_s.html

OW

sur le classement des universités en économie, il y a le site :
http://www.econphd.net/rankings.htm
c'est plutôt intéressant et détaillée par sous disciplines (macro, micro,...)
ce qui m'a le plus marqué c'est l'université de toulouse qui est systématiquement classée loin loin devant les universités parisiennes et les grandes écoles.
né pas très loin de toulouse, je suis parti à paris pour une grande école en stat/eco et me rends maintenant compte que j'aurais tout aussi bien fait de rester à côté de chez-moi. imperfections de l'information quant tu nous tiens....

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.