Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Google et la BNF | Accueil | Les innovateurs vieillissent ! »

Commentaires

all

> Il faut être libéral, certes, mais pas libéral idiot.
Oui certes, qui voudrait paraître idiot. ;)

ming

"Il faut être libéral, certes, mais pas libéral idiot. Le libre échange fait des perdants, comme la destruction créatrice en général. "

Bravo. Dans les pays libéraux, cette phrase va de soi. En France, l'idéologie prime sur le pragmatisme, et que l'on soit libéral ou anti-libéral, il faut caricaturer ("paradigmiser"). On oublie ainsi que le libéralisme c'est Thatcher mais aussi le modèle scandinave. Qu'il y a des sociétés qui ont beaucoup profité du libéralisme mais aussi d'autres qui, mal préparées à l'ouverture, se sont retrouvées à genoux.
Comme vous le dites si bien, le libéralisme est avant tout un choix de valeurs et celles-ci ouvrent une fenêtre de tir assez large à la diversité des solutions économiques concrètes.

Zilch

"Le libre échange fait des perdants, comme la destruction créatrice en général. Il faut les aider, à la fois par sens de la justice (ils ne sont pas responsables de ce qui leur arrive) et par intérêt national bien compris : si on ne le fait pas, gare à l'effet boomerang."
Je vous rejoins parfaitement dans cette analyse, le chomage structurel qu'entraine la mondialisation peut degenerer en hysteresie si rien est fait pour "les perdants" de l'ouverture des marchés.

un point par contre que, je crois, vous semblez ne pas aborder, alors qu'il est, a mon avis, central a la question du libre echange est celui de l'innovation et de la creation d'entreprise en France.

pour qu'un reel benefice decoule du libre echange il faut permettre a l'economie la moins performante pour le marché en question de construire sur les bases de cette echange. la baisse des couts de developpement de logiciel en Inde, qui creera des delocalisations devrait etre une occasion de creer une companie innovante par example.
cette partie du systeme ne fonctionne pas en France, et je crois qu'on a la l'explication du taux de chomage eleve en France, alors que la grande bretagne soumise au meme contraite semble s'adapter "flawlessly".

Milan

Puisse votre analyse optimiste des conséquences du rejet du TECE se vérifier.

Elle paraît effectivement relativement plausible (même si un blocage durable, voire un délitement de l'UE, n'est pas à exclure). Beaucoup plus plausible en tous cas que les anticipations de la gauche anti-libérale (exporter le "modèle social" français au reste de l'Europe !?!).
... Et cela un peu paradoxalement puisque celle-ci a représenté une part importante du "non" de Dimanche alors que les libéraux n'en ont representé qu'une très petite minorité.

Au final, si vos anticipations se réalisent, la majorité des non-istes auront voté contrairement à (ce qu'ils pensaient être) leurs intérêts.
... Ce qui n'est tout de même guère réjouissant.

guerby

Excellente analyse, bravo !

Par contre, les "chiffres du chomage" sont une mesure tres criticable de quoique ce soit, en particulier en comparaison internationale, voir les remous autour de l'affaire Jan Edling en Suede. Sans compter le travail "au noir".

Je n'ai jamais compris pourquoi les economistes se focalisent toujours sur des points de distribution en illustration plutot que de montrer la distribution dans son ensemble - qui donne toute l'information au lecteur - et ensuite de commenter les aspects qui paraissent pertinents a l'auteur, c'est peut-etre parce que Microsoft Excel est tres peu pratique avec les distributions :). C'est d'autant plus surprenant que les premiers enseignements economiques tournent autour de moyenne, mediane et pyramide des ages et offre des demonstrations magistrales sur les possibilites de manipulation de la representation de la distribution sous-jacente quand on ne montre que quelques points choisis.

Dans le cas du chomage, quelle est la distribution des revenus dans la population et la part de revenus qui viennent d'un mecanisme de solidarite ou de partage donné : handicap, retraite, chomage, maladie, credit d'impot, fonctionnaires ...

Laurent

Bernard Salanié

Je vais encore avoir l'air de me pousser du col, mais... j'ai rédigé avec Guy Laroque un petit livre intitulé "Institutions et emploi", chez Economica, qui a précisément pour objet de prendre en compte l'hétérogénéité des situations su le marché du travail des femmes.

Ceci dit, le diagnostic est encore plus déprimant si on détaille les caractéristiques du chômage en France, et notamment sur trois points : le taux de chômage stratosphérique des jeunes, une durée moyenne au chômage très élevée, et les très grandes difficultés que rencontrent les chômeurs de 50 ans et plus à retrouver un emploi.

Eric Ritter

je découvre tardivement votre blog et donc ce débat...Ce qui me pousse à fréquenter internet: une recherche dans le domaine des transports, secteur qui connaît une déréglementation; en ce moment, en France, les régions préparent leur négociation avec la SNCF (les conventions TER).
Voilà où je veux en venir: de nombreuses études font application de la théorie des coûts de transaction et de la théorie des contrats au cas du transport ferroviaire: je n'ose dire au Service public ferroviaire, tant cette notion d'apparaît pas.
Alors: est-ce normal, sur le plan scientifique (pas d'incompatibilité, d'approximation préjudiciable? je précise que je suis juriste et pas économiste)
Merci pour un éventuel échange

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.