Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Qui a "droit" à un haut salaire ? | Accueil | Les perspectives inquiétantes de la recherche en économie en France »

Commentaires

François

Je lis cette note en retard sur sa publication. J'ai tenté d'accéder à l'article d'Eric Le Boucher, en vain : vous souvenez-vous du titre ?

Par ailleurs, n'étant pas économiste de formation, je vous lis attentivement pour pouvoir confronter votre blog avec mes autres sources, et me faire une idée à partir d'une sytnhèse de tout cela.
Je voudrais rajouter pour ma part une remarque sur la création d'emplois peu qualifiés. Cette remarque va dans le sens des "effets négatifs" que vous dénoncez en terminant.

En effet, le sentiment général qui existe aujourd'hui vis-à-vis des personnes peu qualifiées est symptomatique. Celles-ci sont présentées comme un coût pour la société : salaire minimum trop élevé, RMI en forme de poverty trap, etc. On pourrait également prouver que ces personnes se conçoivent de plus en plus comme inutiles et gênantes, ce qui ne les encourage pas forcément à améliorer leur situation.

Le mépris généralisé qui existe à l'encontre des formations techniques ou des formations de courte durée crée des disparités dans l'enseignement qui se font l'écho, plus tard, de déséquilibres sur le marché du travail. Sous prétexte de retarder l'entrée des jeunes sur ce marché (mesure symétrique aux pré-retraites), on creuse le fossé entre les formations Bac"+/-3" et les formations Bac"5+". Pour dévaloriser systématiquement les formations courtes, l'argument est parfait : cela appauvrirait la productivité intellectuelle moyenne.

C'est ce parallèle que votre note m'a suggéré.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.