Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Pour servir | Accueil | De usu arte reformandi in jure et facto, I »

Commentaires

tommy

La télé n'est pas le bon média pour se faire une idée.
Pour plusieurs raison (des reportages sont partials, les extraits montrés sont ceux avec des petites phrase, les anecdotes prennent une place trop importante, etc...)

Ce qu'il faut (on est quand même en 2007 ) c'est aller sur le net, sur les sites des candidats, et écouter un ou deux discours.

tommy

La télé n'est pas le bon média pour se faire une idée (surtout avec TV5, qui est quelque peu déstructurée par rapport à la télé nationale).
Pour plusieurs raison (des reportages sont partials, les extraits montrés sont ceux avec des petites phrase, les anecdotes prennent une place trop importante, etc...)

Ce qu'il faut (on est quand même en 2007 ) c'est aller sur le net, sur les sites des candidats, et écouter un ou deux discours. Regarder le matériel de campagne.
Accessoirement, acheter le top 3 des livres de campagne (Ensemble, Maintenant, projet d'espoir. Et éventuellement le livre de besson pour se dérider).


La télé, c'est fangeux. Dire que le destin de la France se joue sur TF1, France 2 et M6, c'est à se désespérer de ses concitoyens

Bernard Salanié

Amusant---surtout s'agissant des discours de campagne de Sarkozy + une interview en direct de Montebourg. Votre foi en le caractere informatif du "materiel de campagne" hyperscripte et des livres ibidem est touchante...quant aux sites Internet, il faut disposer de plus de temps que moi pour y trouver l'information utile. L'"information overload" semble etre devenue un outil tactique en ce domaine, si j'en juge par les difficultes que j'ai a faire el point des positions de X ou Y sur le sujet Z.

blabla

Pas facile d'être expat. hein ? Vu de l'étranger, elle fait vraiment envie cette France...
Cela dit, je doute que la conversation avec la boulangère ou l'occasionnel échange avec un quidam entre deux stations de métro, ne soient les compléments indispensables à la fabrication d'une opinion préélectorale. Nombre de français doivent selon moi se sentir un peu "expat." ces temps-ci, et partager l'incertitude qui semble vous habiter.
Je pense en particulier à ceux qui n'ont pas de téléphone fixe et aux 2 millions de résidents des DOM TOM qui échappent aux sondages et dont on ne sait rien de l’inclination politique, ainsi qu'à tous ceux qui se disent encore indécis (30 % ?). Cette élection, pour décevante qu'elle soit, n'est pas encore jouée. N'en déplaise aux actifs du menton (à ce propos votre référence, pas soucis de vraisemblance historique en matière de gestuelle, devrait remonter un peu plus avant le cours de l'histoire italienne).

Enfin, pour mettre un terme aux dangers du trop plein d'information véhiculé par le réseau et de toute forme de pollution informative, je vous recommande les tarots. Cela vaut tous les polimètres ;-)

alexandre delaigue

Je m'étais fait exactement la même remarque sur le chômage. L'exception est Bayrou et ses deux emplois sans charges (mauvaise mesure, mais qui met la politique contre le chômage en priorité. Mais Sarkozy veut augmenter le temps de travail de ceux qui travaillent déjà, et Royal n'a aucune mesure contre le chômage à part la formation tout au long de la vie (mesure qui est aussi très utile pour lutter contre le chômage des gens qui n'en sont pas victimes). J'ai deux théories sur cette absence du chômage chez les candidats :
- Soit les candidats pensent, comme plein de gens, et à tort, que le chômage va disparaître avec le vieillissement de la population - auquel cas ils vont avoir une mauvaise suprise...
- Soit ils prennent acte de ce que le fonctionnement actuel du marché du travail en France avantage 70% des gens, qui sont protégés ou ont un espoir raisonnable de le devenir en restant temporairement dans la file d'attente, au détriment des 30% restant. L'électeur médian est donc favorable au statu quo en matière de marché du travail, et les politiques en prennent acte.

luc

Je me permet de signaler une interview de sarkozy dans l'express ou il annonce clairement qu'il ne souhaite pas augmenter le SMIC:
interview dispo sur
http://2007tousavecnicolassarko.over-blog.com/article-6273182.html

et il a plusieurs fois souligne qu'il etait pour un contrat d'emploi unique (intermediaire entre CDD et CDI), ce qui serait une evolution tres importante.

Enfin, le chomage etait deja absent en 2002.
Mais peut-etre doit-on se feliciter de cette absence, puisqu'en 1997 sa presence a conduit aux 35heures !

Frederic


Les candidats semblent réagir à l'attente de la majorité des Français: plusieurs sondages montrent que la première préoccupation des Français n'est pas la réduction du chomage mais leur pouvoir d'achat, égoisme oblige.

Et puis, parfois, dans le discours de certains candidats, s'exprime la volonté, voire l'engagement de revenir au "plein emploi". Même si les mesures correspondantes ne sont pas souvent là.

El Gringo

Pauvre 'foresightedness'... ca c'est mon opinion...

Merlin

Vous devriez faire une campagne électorale, même conseiller municipal du bled de votre résidence secondaire, pour vous rendre compte que les discussions rationnelles en trois points ne vous mèneraient pas loin. Les 55% de non au TCE ne vous ont rien appris?

Ce qui est surtout frappant dans la liste des désidérata des 27 économistes est qu'elle ne correspond pas a ce que le citoyen de base y mettrait. Et le problème n'est pas que le citoyen de base est un c**, il est plutôt qu'il faut savoir parler son langage. Un professeur devrait savoir que tout est dans la manière.

Passant

Brouiller les informations disponibles n'est-il pas la stratégie à adopter pour les leaders d'un marché s'estimant menacé par de plus petits acteurs qu'eux bien décidés à leur bouffer la laine ?

Les élections sont un marché. Les géants installés sur ce marché sont PS et UMP : leur intérêt est d'empêcher leurs clients d'accéder à une information objective et transparente : CQFD.

(D'ailleurs, l'intérêt du client ayant du mal à s'informer consiste certainement à se tourner vers les marchés de substituts au produit distribué sur le marché brouillé...)

Bernard Girard

Je vous trouve injuste.

Lorsque Ségolène Royal parle de dialogue social, elle s'exprime en des termes que Thomas Philippon ne renierait pas, ce qui explique sans doute qu'il soit des 27. Lorsqu'elle propose de créer un contrat de travail financé par redéploiement des fonds de la formation professionnelle, elle vise expressément le chômage des jeunes peu qualifiés. On peut critiquer ces mesures (je ne suis pas certain que le coût du travail soit le principal problème des employeurs qui ne recrutent pas), elles ont le mérite d'exister.

Les propositions de Bayrou, à mon sens très contestables, mettent également l'accent sur la lutte contre le chômage. Seul Sarkozy est sur le sujet étrangement insaisissable, mais il est vrai qu'il est difficile de le suivre tant il varie. Au point que l'on a ces derniers jours le sentiment de voir un bateau ivre…

Si les candidats n'ont pas dans leur programme plus de mesures qui nous conviennent, n'est-ce pas aussi de notre faute? Si les économistes avaient fait preuve d'un peu d'imagination dans l'analyse, peut-être que les candidats seraient plus originaux…

filaplomb

Sarkozy lui-même ne parlait pas du chomage mais du travailler plus, de ceux qui ont donc du travail !
Du temps où il était en campagne…

Pour Montebourg, à mes yeux, sa phrase n'est pas choquante…
:-)

Passant

"On peut critiquer ces mesures (je ne suis pas certain que le coût du travail soit le principal problème des employeurs qui ne recrutent pas), elles ont le mérite d'exister."

Au risque de sembler vous contredire, il me semble que l'art de gouverner consiste notamment à savoir d'une part choisir un point de vue (faut-il privilégier l'activité économique ou le traitement social du chômage, par exemple) et surtout, bien réfléchir à savoir quand se dispenser d'intervenir, bien réfléchir à savoir si l'état est bien le meilleur acteur pour parvenir à une fin sociale donnée.

Bernard Girard

En réponse à Passant. Sans doute avez-vous raison, je voulais seulement dire que le social est bien pris en compte par plusieurs candidats. J'ajouterai que la question sociale peut aider Le Pen à faire un bon score. Il est, après tout, le seul à proposer une solution simple et facilement lisible au problème du chômage : la fermeture des frontières.

Les économistes hurleront (et à juste titre!), mais le protectionnisme qu'il prône sans complexe apporte une réponse immédiate aux interrogations de ceux qui voient leur emploi (ceux de leurs proches…) partir à l'étranger. Expliquer que le protectionnisme n'est certainement pas la solution n'est pas si facile que cela, surtout lorsque l'on a en face de soi des gens qui voient leur avenir compromis parce qu'une direction lointaine a décidé de fermer leur usine.

Le problème n'est d'ailleurs pas spécifiquement français comme le savent ceux qui suivent l'actualité américaine.

Bernard

Bonjour,

Je suis un ancien élève de l'Ecole Polytechnique, masi avant que vous ne soyez professeur là-bas. Vous avez déclaré dans un post précédent :

"Zaki Laïdi, l'animateur du site Telos-EU, a publié il y a quelque temps dans Le Monde un excellent article sur le programme d'une gauche moderne. Je signerais à peu près tout des deux mains... sauf l'introduction et la conclusion qui donnent l'impression que pour l'auteur, la candidate du PS est à même de porter ce programme."

Sachant que DSK sera probablement un poids lourd du gouvernement Royal qui effectivement contribuera à porter ce programme, ma question est simple et directe : qu'avez-vous contre Royal ? Et attention, pas des trucs du style "elle est incompétente" ou "elle est pas outillée" ou encore "je connais un copain qui connais un député PS qui dit qu'elle est imbuvable etc...". Des vrais raisons argumentées. Sinon je vous renvoie à cette citation de Virginie Despentes :

" Quand on entend des gens déclarer « J’ai toujours voté à gauche, mais Royal je ne vais pas pouvoir » on sait bien que c’est en tant que femme qu’elle est attaquée. Faut pas charrier, des gens qui ont pu voter Jospin sans sourciller, ils ne vont pas nous raconter qu’il était plus charismatique, plus conscient de la situation du pays ou plus à gauche. Et maintenant les sondages donnent Bayrou vainqueur ? On voudrait m’expliquer que ça n’est pas pour ne pas voter pour une femme qu’on finit par se tourner vers lui ? Quelle rigolade ".

http://www.bazardecampagne.com/article-6340683.html

Bernard Salanie

Bernard, merci pour ce joli message. Un ancien de l'X qui s'exprime de cette maniere et s'appuie sur Virginie Despentes, l'immortelle auteure de "Baise-moi",

http://fr.wikipedia.org/wiki/Virginie_Despentes

c'est une rarete... ou un canular ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.