Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« La république, c'est quoi ? | Accueil | Le climat et les économistes, II »

Commentaires

Gu Si Fang

Il y a deux inconnues dans l'évaluation des conséquences du réchauffement :
- l'appréciation exhaustive de tous ses avantages/inconvénients pour chaque personne sur Terre (!),
- la préférence temporelle à très long terme, au-delà de la durée d'une vie humaine (!!).

Le calcul économique correspondant est un sacré défi, pour ne pas dire plus. Le marché actuel des droits à polluer ne résoud pas ce calcul puisqu'il dépend de quotas fixés par les autorités. Cela revient à décider arbitrairement d'un rationnement, sans aucun moyen de vérifier si les inconvénients de ce rationnement seront compensé par des avantages climatiques équivalents.

Mais si les titres étaient attribués à la naissance, chaque détenteur ferait sa propre estimation. Si le marché valorise les titres plus cher que lui, il vend, sinon il garde ses titres ou même il achète des titres supplémentaires. La plus-value viendrait dédommager ses descendants en cas de réchauffement. En revanche, cela ne réglerait pas la question des émissions passées, par lesquelles les pays émetteurs ont d'ores et déjà pollué l'atmosphère.

Existe-t-il un tel mécanisme de marché qui permettrait de résoudre le double calcul? Je précise que c'est une question d'économie-fiction!

Antoine

Les rawlsiens maximisent le bien être des générations présentes :
https://www.optimum-blog.net/post/2007/01/08/Rawls-et-le-rapport-Stern

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.