Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« La corruption | Accueil | Les chiffres du chômage »

Commentaires

Steve Colling

Beati pauperes spiritu!

alexandre delaigue

Moi qui croyait qu'il fallait des tests compliqués pour mettre en évidence ce genre de problèmes...

http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2004/11/22/279-encore-un-peu-de-psychoeconomie

nicolas rolland

D'un point de vue cynique, cela permettrait aussi d'isoler les moins doués d'entre nous du reste..

Malheureusement, pour chaque individu il existe un groupe dans lequel il est le moins doué, et c'est pour cela que l'economie decentralisée est tellement superieure :)

gardenal

Et tout ce que vous venez de dire montre que l'homme n'est pas du tout un "homo economicus" et par extension prouve que la theorie liberale et neo liberale n'est fondée sur rien....

Bernard Girard

Mais voilà que vous redécouvrez la main bienveillante de l'Etat ;)

blabla

Intéressant, comme de coutume. Mais loin d'être rassurant.
Une autre conclusion serait de s'assurer que les tables de multiplication sont encore apprises à l'école. Mais ce ne serait sans doute pas suffisant...
Plus sérieusement, la question que vous posez est loin trouver une réponse aisée. Car qui peut conseiller ? Vous suggérez que la banque serait en mesure de le faire. Encore faut-il qu'elle le puisse (problème de compétence, que vous soulevez par ailleurs) ou qu'elle en ait l'intérêt. Je pense que les investissements dans la pierre ont encore une longue vie devant eux.

francis

la question des placements financiers est elle si complexe?
à la question 3 de votre enquête,on peut imaginer que beaucoup de répondants ont oublié de composer les intérêts, ont négligé le facteur d'ordre 2 me semble relever d'une aproximation raisonnable sur 2 ans...
ce qui rend les choix, arbitrages délicats et oblige à bien former les conseillers financiers, ce n'est pas tant la volatilité des marchés action que la complexité de la fiscalité, avec laquelle chacun d'entre nous adopte des stratégies d'optimisation...
moralité: un peu moins de niches fiscales, un peu plus de clarté sur l'imposition des revenus du capital et des plus values, un système de droits de succession simple...
et nos vaches seront bien gardées

Paulo

Bonjour Mr Salanié,

comme vous l'avez clairement indiqué, les conseillers des grandes agences bancaires sont trop peu formés en matière fiancière.

J'ai une question simple à laquelle je n'arrive pas à trouver de réponse (car moi aussi, je connais trop peu la finance) :
je souhaiterais aujourd'hui placer un peu d'argent : où aller ? à quelle porte frapper pour avoir en face un interlocuteur compétent ?

cordialement

Paulo

Passant

Sauf erreur de ma part, la plupart de mes concitoyens ignorent beaucoup de choses de la thermodynamique et de la mécanique des fluides.
Je crois même que certains d'entre eux ne savent pas régler leurs injecteurs, voire, ne savent même pas remplir le lave-glace de leur voiture.

Pourtant, appuyé par un réseau de professionnels spécialistes suffisamment segmenté pour que le client-roi garde le contrôle de l'ensemble, professionnels eux-mêmes appuyés par une informatique sophistiquée, des services supports experts, et des garanties contractuelles croisées, de très nombreuses automobiles parcourent de très nombreux kilomètres chaque jour et contribuent ce faisant au bon fonctionnement de la société.

Il en est de même en matière financière. Peut-on acheter un titre sans passer par un intérmédiaire ? Peut-on battre sa propre monnaie soi-même ? Peut-on émettre son propre emprunt en prenant ses biens pour garantie ?

L'activité financière de l'individu est certainement l'une des plus réglementées au monde, tant du point de vue poids de paperasse que nombre de professionnels se consacrant de près ou de loin à la pognonique. Dans un tel contexte d'assistanant, qu'importe le niveau de connaissance économique des individus dès lors qu'une concurrence suffisamment forte et suffisamment non-faussée existe entre les nécessaires intermédiaires ?

Maxime

Bonjour,

Les résultats de cette enquête sont d'autant plus dramatiques qu'ils ne pointent pas un manque de culture économique et financière, mais le fait que 93% des gens n'ont pas le niveau 4e (pour ne pas dire 6e) en arithmétique.

Bof

Cela ne veut-il pas plutôt dire que l'ascenseur social peut fonctionner dès lors qu'on ne cherche pas à rendre à éduquer les capitalistes de sorte à les rendre capables de protéger leurs capital ?

Car après tout, en première approximation une mauvais affaire est toujours une bonne affaire pour quelqu'un d'autre.

Hadjian

A Bernard Salanié
Vous qui connaissez l'INSEE de l'intérieur, ce qui n'est pas le cas de vos lecteurs, vous ne devez pas être insensible à la polémique dont l'institut est l'objet. Vu de l'extérieur il m'apparaît :
1) que le report de la "validation" de l'Enquête emploi ne peut que créer un soupçon quant à l'indépendance de l'INSEE à quelques semaines des élections ;
2) mais qu'il n'y a, pour autant, aucune raison de remettre en cause a priori ce constat de l'INSEE : dans le passé l'Enquête emploi a sous-estimé les créations d'emplois ; en moyenne annuelle la sous-estimation 2006/2005 serait de 70 000 (+150 000 contre +220 000) : http://www.insee.fr/fr/ppp/comm_presse/ficcom_frame.asp?com_id=278&path=/fr/ppp/comm_presse/comm/cphcreunionCNIS.pdf
3) que certains, comme Eric Maurin, dénoncent la soumission de la statistique publique aux cabinets ministériels : http://ericmaurin.blogs.nouvelobs.com/
Je sais bien qu'Hayek voulait privatiser la monnaie… mais faut-il aller jusqu'à "désétatiser" l'INSEE ? Rêver – ou cauchemarder - d'un CSA de la statistique ?

electeur

Au risque d'avoir l'air insistant, j'aimerais également un avis sur la polémique (en effet, le ton est assez polémique actuellement) sur l'INSEE.

ouille

Au fond, ce n'est pas une question de "culture économique" ou "financière". Il y a un truc qui est en train de se passer sur ce genre d'aptitude, et ça fait un peu peur. Ceux parmi vous qui enseignent se sont peut-être rendu compte à quel point on pouvait planter des étudiants (même avancés, j'ai pu le constater avec stupeur au niveau maitrise) avec des questions a priori triviales: définissez un taux de change e entre deux monnaies, donnez un montant dans l'une et demandez de convertir dans l'autre: il faut qu'ils "devinent" (hou la la) s'il faut multiplier ou diviser par e, selon la définition donnée. Et bien vous serez surpris... je n'en suis pas revenu! Il s'agit pourtant bien de rien de plus qu'une règle de trois, et ben même... Et bien je crois qu'il y a une sorte de culture de la formule à apprendre par coeur, sans jamais réfléchir à ce qu'elle veut dire. Du coup, il suffit de poser une question d'une façon légèrement différente (ce qui tout de même est ce à quoi on fait face dans la vie, des questions non apprises par coeur à l'avance), et patatra... Mais je suis sûr que vous ne voyez pas ce genre d'erreur parmi les étudiants de Columbia (ou bien alors, partagez vos anectodes, on le répètera à personne!)

Rg, pour electeur

Le "CSA de la statistique" dont vous évoquez la création existe déjà et se nomme le CNIS :

http://www.cnis.fr/

Site qui se décrit comme le "Site d'information sur le système statistique français, sa régulation par le CNIS et ses partenaires publics et privés."

Lumina

Imaginons que j'ai 50 ans : comment puis-je apprendre/réviser la finance pour ne pas/plus tomber dans les travers des banques (italiennes ou pas) ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.