Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« L'inflation chez les nobles sauvages | Accueil | Lettre ouverte à France Télécom »

Commentaires

V

Une question : quelle est la place de la rente pétroliere dans l'écart de PIB/habitant entre France et Royaume-uni ?? De mémoire ca faisait plusieurs point de PIB...

Bernard Salanie

http://www.statistics.gov.uk/about/methodology_by_theme/inputoutput/downloads/Change_in_GVA_by_industry_2005_edition.xls

2%, stable... et c'est la part de la valeur ajoutée, pas la "rente petroliere", concept un peu flou mais dont je suppose qu'il doit etre plus faible (le travail et le capital employes dans le secteur petrolier pourraient produire de la VA ailleurs).

Jean Virmont

Bravo pour cet article.
"les 15% de Français les moins favorisés... plus de transferts que de salaires" : Pourriez-vous préciser en chiffrant approximativement les différents transferts ?
Si l'écart de niveau de vie n'a pas augmenté, la faible augmentation du niveau de vie ne doit pas être spécifique des classes moyennes. Faux ?

Bernard Girard

Quand on parle de productivité et de temps de travail, il me semble qu'on laisse souvent de coté deux aspects :
- la structure de l'économie française, le poids des PME, surtout de celles de moins de 20 salariés qui ne sont pas concernées par les 35 heures (pas encore, du moins). Les PME versent en général des salaires faibles (et pas parce que leurs patrons "s'en mettent plein les poches", j'ai lu il y a quelques jours un sondage d'où il ressortait qu'ils avaient en moyenne un revenu net de 4000€/mois ce qui les met au seuil des augmentations d'impôts du PS), et offrent dans les services (le bâtiment, la restauration, tous ces services qui sont peu automatisés), une meilleure productivité que les grandes entreprises parce que les frais de structure y sont plus faibles et les contrôles sur le travail plus rigoureux,
- les interactions entre durée du travail et productivité : l'abaissement de la durée du travail a entraîné en France (mais également dans tous les pays où l'expérience a été faite, comme dans les années 50 dans les mines de charbon en Grande-Bretagne) une augmentation de la productivité horaire qui ne s'est pas transformée en salaire puisqu'elle a été rémunérée sous forme de temps libre.

Nous serions ans doute plus riches si plus de salariés travaillaient dans des entreprises en croissance, qui versent de meilleurs salaires parce qu'elles gagnent plus d'argent et si les gains de productivité avaient été obtenus par l'automatisation plus que par l'amélioration des organisations.

Guillaume

Sur le début de votre article et le rappel de la dégradation de la position de la France dans le classement eurostat en 2002 j'avais écris ceci : http://www.cepii.fr/francgraph/publications/divers/gaulierppa.pdf
On peut essayer d'aller plus loin que le PIB par tête pour essayer de comparer les niveaux de vie, ça donne par exemple ça : http://www.cepii.fr/francgraph/publications/lettre/resumes/2006/let260.htm
La France ne s'en tire pas mal. Reste que les préférences des français n'ont peut-être rien à voir avec les caractéristiques de leur "modèle" (faible temps de travail, esperance de vie en bonne santé élevée, risque chômage élevé...)
Sur la question des inégalités : les chiffres produits par l'INSEE n'intègrent qu'une faible partie des revenus du capital (sauf enquêtes peu fréquentes, maintenant anciennes), or les inégalités de patrimoine se sont probablement accrues dernièrement. Il serait intéressant d'avoir une vision plus complète de l'évolution des inégalités. Existe-t-il des chiffres qui m'auraient échappé?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.