Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« James était bayesien | Accueil | Montebourg s'en va-t-en guerre »

Commentaires

Bernard Girard

Tout cela est fort sympathique, mais il y a, si vous m'autorisez, quelques… faiblesses dans ce raisonnement :
- nous ne critiquons pas les gens qui vont s'installer à l'étranger pour y travailler (300 000 français à Londres, dit-on) comme vous avez fait et qui peuvent effectivement contribuer au rayonnement culturel de la France (encore que ce serait à approfondir : j'ai plutôt l'impression que l'immigration qui amène chez nous des gens qui ont envie de France est plus efficace que l'émigration, mais c'est une autre histoire),
- Johnny comme toutes ces vedettes de la chanson qui s'installent à l'étranger pour payer moins d'impôts font l'essentiel de leurs recettes en France. C'est là qu'est leur public, c'est en France que l'on subventionne de mille manières leurs succès (villes qui financent les spectacles qu'ils font, comme Bordeaux il y a quelques années…),
- Comme les dépenses que finance l'impôt ne diminueront pas, on peut penser que ceux que ne paiera pas Johnny, d'autres le paieront à sa place. En l'espèce ceux qui restent et qui paient des impôts, soit les classes moyennes qui n'apprécient pas toujours Johnny.
- Ajoutons enfin, mais c'est pour la petite histoire, que partir en Suisse avec, parait-il, la bénédiction de Nicolas Sarkozy, son candidat préféré, à quelques mois des élections présidentielles est pour le moins… maladroit.

Laurent GUERBY

Les effets pervers de l'ultra-interventionisme anti-liberté des états dans le libre marché : la propriété intellectuelle.

A défaut il suffirait de prélever a la source au taux d'imposition le plus élevé sur les royalties versées depuis la France à un non résident pour rétablir un minimum de justice.

V

Ce qui est amusant, c'est que le modele britannique fonctionne aussi dans l'autre sens, notamment dans la finance, selon le fameux "Modele de Wimbledon" (aucun champion britannique ne gagne, mais les matchs se font au royaume uni) : la city s'est développée en meme temps que les banques britanniques passaient aux mains de banques étrangère ! Du patriotisme économique à l'envers...

Sergio

Votre billet est fortement biaisé. La critique formulée à l'encontre de M. Hallyday ne vise pas formellement son installation à l'étranger, mais sa volonté évidente de fuir l'impôt en France et là, vos arguments ne tiennent absolument plus.
Quid de l'impôt perdu par l'Etat à cause des grandes et moyennes fortunes qui s'installent à l'étranger pour raisons fiscales tout en ayant la majorité de leurs activités professionnelles en France ? C'est ce chiffre qu'il serait intéressant d'analyser.

Bernard Salanie

N'en jetez plus ! Johnny n'etait qu'un pretexte pour introduire ce qui m'interesse vraiment : la disproportion entre la place importante que prend la "delocalisation" (definie au sens large) dans le debat politique francais, et le manque de donnees sur la question---qui n'est pas irremediable comme le montre l'exemple britannique. Inconvenient des blogs : le cote polemique semble toujours etre ce que les lecteurs retiennent... je devrais le savoir.

Francois

Juste un petit commentaire sur les Anglais et les Etats Unis : les Anglais ne sont pas le principal contingent d'origine aux US, ce sont les Allemands.
http://en.wikipedia.org/wiki/Racial_demographics_of_the_United_States
De quoi faire encore un complexe avec nos amis outre-Rhin...

Glabre

Pour pouvoir adhérer à une société d'auteur autre que celle imposée par les règles en vigueur dans son pays, et bien que cette intéressant monopole (protégé par le très consensuel principe, de Lang à Chirac, de l'exception culturelle) ait éveillé l'émoi de la Commission Européenne, Johnny Halliday devait s'expatrier.

Tant mieux pour lui s'il peut, désormais, jouir de la protection d'un état plus favorable à l'épanouissement des arts et de la culture que celui du syndicat obligatoire des interprètes.

Sergei Dorn

La base de données de l'OCDE sur l'immigration permet d'avoir une image du stock de migrants par pays de naissance et niveau d'éducation pour tous les pays de l'OCDE (vers l'année 2000). Voir http://www.oecd.org/document/51/0,2340,en_2649_33931_34063091_1_1_1_1,00.html

Bernard Salanie

Tres interessant, Sergei, merci beaucoup pour ce lien.

Argoul

Bonjour, je suis votre blog économique depuis quelque temps et j'apprécie votre regard français et décalé (aigu et cartésien, mais ouvert sur le monde).
Votre note a déclenché mon envie d'en dire un peu plus, vu de France, sur ces jeunes qui partent : http://argoul.blog.lemonde.fr/2007/01/07/la-fuite-des-jeunes-francais/
Chômeur moi-même, je ne suis plus de cet âge mais en plein dans l'ineptie Delalande - donc aucune embauche possible au retour de Suisse où j'ai travaillé quelque temps. M'exiler ? Pourquoi pas, on demande peut-être des compétences dans la finance et la stratégie des marchés ?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.