Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« L'avenir de la presse écrite, et mes royalties volées | Accueil | "Les économistes ne sont d'accord sur rien" »

Commentaires

Adam S.

Il me semble evident qu'un systeme ou les Etats distribuent gratuitement des permis a leurs entreprises nationales ne peut pas fonctionner, pour cause de "patriotisme economique".
Pourquoi donc la Commission n'a t elle pas choisi un systeme de mise aux encheres centralisé? Cela avait pourtant ete extremement efficace, pour les budgets nationaux, lors de l'attribution des frequences hertziennes.

Salluste

Non, il ne faut pas dire ça, nous avons la chance d'avoir une administration sérieuse qui ne veut donc pas dire n'importe quoi ...elle prend le temps de réfléchir voila tout !
Je dois dire qu'il y là bel et bien un bel objet de curiosité prospective, attendonz on aura certainement l'occasion de sourir.

Bien à vous Salluste

Franck Boizard

Je suis assez surpris que vous tombiez dans les pièges du "réchauffisme", d'autant plus qu'il y a là des problématiques sur l'établissement des preuves assez proches de clles rencontrées en économie.

> la réalité du réchauffement climatique est sujet à débat (j'ajoute que la notion même de climat global est contestable).

> en admettant que le réchauffement soit réel, la contribution d'origine humaine est aujourd'hui inconnue, tous ceux qui affirment le contraire ont un avis baisé. Par exemple, la vapeur est un gaz à effet de serre 100 fois plus puissant que le CO2, or l'influence humaine sur le cycle de l'eau n'est pas maîtrisée. Par exemple encore, certains pensent que les bombardements de particules en haute altitude dus aux cycles solaires favoriseraient (toujours le conditionnel) la formation de nuages augmentant l'effet de serre et que ce phénomène naturel serait bien plus influent que le CO2 humain.

> Enfin, point essentiel passé sous silence dans 99 % des cas, rien, absolument rien, ne nous permet d'affirmer qu'un réchauffement climatique éventuel serait globalement néfaste. D'ailleurs, cette idée de "globalement néfaste" est en soi infondée : tous les effets sont par nature locaux : bons ici, mauvais là. Lorsque le climat était plus chaud, un pays maintenant glacé a été appelé Groenland, "pays vert", n'était ce pas mieux ?

> or, le coût de la diminution des rejets de C02 est gigantesque. Vu l'incertitude autour du réchauffement climatique, il est idiot de faire d'énormes efforts sur des bases aussi incertaines.

> la démarche la plus rationnelle consiste donc à pallier les conséquences néfastes du réchauffement climatique si il arrive et quelles qu'en soient les causes. En effet, réagir plutôt qu'anticiper présente plusieurs avantages :

>> résoudre le problème des incertitudes sur la réalité et sur les causes : on ne réagira que si le réchauffement arrive, que les causes soient humaines ou non, et que là où c'est nécessaire.

>> garder les conséquences positives de l'éventuel réchauffement (bien sûr qu'il y en aura)

>> permettre d'aider les pays du tiers-monde, alors qu'une récession mondiale engendrée par les efforts de diminution du CO2 toucherait d'abord les pays pauvres.

La question du réchauffement climatique étant réglée rationnellement, on est bien obligé de constater que les solutions proposées par les partisans du réchauffisme sont très éloignées de la rationalité.

Le réchauffisme a en réalité un caractère religieux net, religion dont les prêtres se font payer en notoriété (N. Hulot), en pouvoir (J. Bové, T. Blair, A. Gore) ou en crédits de recherche.

Les religions ne sont pas condamnables en soi tant qu'elles laissent l'incroyant en paix. Elles tendent quelquefois à paraître un rien ridicules à l'agnostique, mais ce n'est pas très grave.

Cependant, le réchauffisme recèle trois risques, par ordre croissant de profondeur :

> l'incitation à de mauvaises mesures (exemple type : le protocole de Kytoto)

> l'antilibéralisme, alors que l'on sait bien que la libéralisation des échanges fait la richesse des nations et des hommes.

> l'irrationalisme, c'est-à-dire le contraire de tout ce qui a fait le progrès depuis quatre siècles.

Enfin, on peut résumer l'état actuel de nos connaissances par la métaphore suivante :

un homme urine dans une rivière qui se jette dans un lac qui déborde. On ne sait pas si le débordement du lac est néfaste ou non, mais les écologistes affirment à l'homme qu'il a porté atteinte à la nature et qu'il doit remettre les choses en place en ramenant le lac à son niveau d'origine à l'aide d'un dé à coudre.

Franck Boizard

il faut lire "avis biaisé" et non "avis baisé" qui est vulgaire !

Franck Boizard

Pendant que j'y suis, un site parmi d'autres :

http://www.climat-sceptique.com/

Patrick Hubert - FinÆnviro

"Pourquoi donc la Commission n'a t elle pas choisi un systeme de mise aux encheres centralisé?" (Adam S) "le coût de la diminution des rejets de C02 est gigantesque" (Franck B)
Question et commentaires qui tendraient à montrer que les intéressés n'ont pas lu le rapport Stern, sinon Adam y ferait référence, et Franck n'écrirait pas une chose pareille. Puisque ce dernier use de la métaphore, empruntons nous aussi une image : s'adapter (ou lutter contre) le dérèglement climatique, c'est comme l'assurance, ça ne sert à rien... tant qu'on a pas d'accident.
Le problème, c'est que les "accidents" climatiques deviennent de moins en moins accidentels à force de réoccurrence (tempête "du siècle" en 1999, inondations européennes en 2002, canicule exceptionnelle en 2003, nombre records d'ouragans aux US en 2005).

Stern a aussi évalué les avantages et inconvénients du réchauffement en cours, et le bilan ne semble pas positif. Maintenant, une fois fondues les glaces du Groenland et monté le niveau de la mer, si Franck veut organiser la migration du Bengladesh, Océan Indien & Océanie vers le Pays Vert, ça risque d'empiéter sur son temps de blog...

P.H.

Franck Boizard

Question : pourquoi évoque-t-on toujours le Bangladesh comme victime de l'éventuelle montée des eaux et non les Pays-Bas ? Pourtant, ces deux pays se situent au même niveau par rapport à la mer. Ne serait-ce pas qu'aucune catastrophe n'est vraiment naturelle, que ses effets dépendent toujours des pays sur lequel elle tombe ? Que le même tremblement de terre fait 3 morts à Tokyo et 4 000 à Islamabad ?

N'accuse-t-on pas la nature ou éventuellement les rejets de CO2 de choses qui sont d'une autre responsabilité ?

Enfin, concernant la métaphore de l'assurance :

> je ne m'assure pas contre quelque chose hors de raison, par exemple je n'assure pas ma maison contre les accidents de voiture.

> si' l'assurance vaut plus cher que la valeur de ce que je protège, je préfère ne pas être assuré.

Décidément, si les écologistes ont réussi à me convaincre d'une chose, c'est non pas du réchauffement climatique d'origine humaine mais de leur ingéniosité : ils ont su trouvé le scénario catastrophe qui leur permettait de gagner notoriété, crédits, voix et pouvoir. Bravo, sincèrement bravo.

Franck Boizard

Excusez moi, j'ai oublié de vous répondre :

"Maintenant, une fois fondues les glaces du Groenland et monté le niveau de la mer, si Franck veut organiser la migration du Bengladesh, Océan Indien & Océanie vers le Pays Vert, ça risque d'empiéter sur son temps de blog... "

Sans problèmes : c'est une question de temps, le niveau de l'eau ne montera pas en jour, si il monte. Je vais donc aller passer 2 ou 3 semaines par an au Bangladesh pendant 30 ans pour discuter avec les autorités locales de leurs plans d'urbanisme cotier.

alix Rufener

Monsieur,
je réalise un article sur le développement durable dans le cadre des présidentielles 2007 et j'aimerais avoir l'avis éclairé d'un économiste de votre qualité.
Le Pacte écologique de Nicolas Hulot ayant été signé par la majorité des candidats (15 sur 25 selon la Fondation Nicolas Hulot), je me demande dans quelle mesure une économie basée sur le développement durable est applicable en France? C'est à dire, combien ce changement coûterait au contribuable, est-ce que le pays peut affronter ce coût et est-ce économiquement viable à long terme?
J'ignore dans quelle mesure vous pourrez me répondre Monsieur, mais peut-être que le sujet vous intéressera.
Sincères salutations.
Alix Rufener, étudiante en journalisme 3ème année, Paris

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.