Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Les brevets sur les gènes | Accueil | L'évaluation des politiques économiques »

Commentaires

Gu Si Fang

Intéressant! 40% de Q1 et Q5 sont encore dans leur quintile d'origine une génération plus tard. Est-ce peu ou beaucoup?

Dans son cours "Contemporary economic issues", leçon N°12 "The growing inequality of wages", Timothy Taylor fait les commentaires suivants :
- the mobility rate between different quintiles in the US doesn't look very different from the mobility rate in various European countries (voilà pour l'ascenseur social américain!)
- there is no evidence that interquintile mobility is increasing
- wage inequalities are increasing in the US (explication principale proposée : révolution technologique des NTIC)

J'en profite pour faire un peu de pub pour The Teaching Company, qui publie ces excellents cours audio. Il n'existe malheureusement pas d'équivalent en France, sauf l'Université de Tous Les Savoirs qui propose des conférences plutôt que des cours complets.

econoclaste-alexandre

Tout va bien :
http://www.lefigaro.fr/debats/20060505.FIG000000070_voyage_au_pays_qui_refuse_d_evaluer_ses_performances.html

Liberal

S'agissant de la prétendue "diplomamanie" (à défaut d'un terme plus élégant) des Français, je commence à me demander si ce n'est pas une légende urbaine.

Tout d'abord, corrélation n'est pas causalité. "l'idée que vos revenus à 50 ans soient autant déterminés par les études que vous avez pu faire (ou non) trente ans plus tôt..." Cette phrase sous-entend que la corrélation entre revenus à 50 ans et diplôme signifie qu'un bon diplôme assure des bons revenus, indépendamment des qualités de l'individu. Cela me parait erroné et ne correspond pas à mon expérience. Mon sentiment est plutôt que l'un comme l'autre (revenu et diplôme) dérivent des qualités individuelles de la personne. En d'autres termes, si vous êtes intelligent, travailleur, ouvert d'esprit, énergique etc. vous aurez de bonnes chances d'obtenir un bon diplôme et ces qualités devraient également vous permettre de réaliser une carrière pleine de succès, d'où vos bons revenus à 50 ans.
Ironiquement, si on considère que la mission d'un système d'éducation supérieure est d'identifier les éléments les plus prometteurs et de les armer au mieux pour leur vie professionnelle ; plus il sera efficace, plus la corrélation entre diplôme et revenus à 50 ans sera élevée.

Ensuite, je me suis toujours demandé s'il y avait en la matière une spécificité française. L'étude que vous citez semble indiquer le contraire. Y a-t-il des analyses plus générales couvrant plus de pays et mesurant l'évolution dans le temps de cette corrélation? Là encore, mon expérience essentiellement aux US et UK ne m'a pas paru très différente de la France. Peu de diplômés d'Harvard ou d'Oxford au chômage, beaucoup de PhD et MBA parmi les CXOs. Socialement, le diplôme semble au moins aussi important dans le monde Anglo-Saxon; j'ai vu beaucoup de business cards mentionnant John Smith, PhD ; jamais de Jean Dupont, X73 ou HEC82.

Enfin, imaginons que l’assertion soit vraie. Supposons que les Français titulaires d’un bon diplôme bénéficient en France de carrières et de responsabilités supérieures à celles qu’ils méritent.
Dans un tel cas, les diplômés français devraient répugner à s’expatrier. Or, et c’est le sujet d’un de vos récents billets, l’émigration des diplômés français commence à être identifiée comme un problème pour le pays.
D’autre part, et toujours dans la même hypothèse, les sociétés qui emploient des diplômés à des postes de responsabilité immérités devraient sous-performer. Or, à ma connaissance, les diplômés de grandes écoles sont particulièrement concentrés dans les grandes entreprises françaises. Et, toujours à ma connaissance, ces grandes entreprises françaises sur-performent le reste de l’économie et semblent se tirer plus qu’honorablement de la compétition internationale.

Non, cette assertion ne me paraît pas correspondre à la réalité. Bien sur, il n’y a pas de fumée sans feu, et ce genre de légendes a toujours une part de vérité. Pour moi, elle est (partiellement) vraie dans l’administration et les entreprises publiques. Mais ce n’est pas un problème des diplômés français, c’est un problème de (non-)gestion du service public français. Mais la vraie raison de cette légende persistante est sans doute le vieux fond égalitaire/jaloux des Français. Si quelqu’un réussit, ça ne peut être que par chance, piston, corporatisme ou malhonnêteté. Qui, en France, est prêt à admettre que le succès du voisin est dû à un talent, un travail, une énergie, une prise de risque supérieurs ?

Bien entendu, rien de ce qui précède n’entend nier que l’ascenseur social fonctionne mal dans notre pays. Ce sont deux questions totalement distinctes.

Prag

Il est bien dommage en effet de ne pas disposer d'une étude équivalente menée en France. Cela permettrait peut être de faire avancer un peu le débat sur les comparatifs économico-sociaux France/USA trop souvent dominés par l'idéologie (pro-Fr ou pro-Us), faute d'études comparatives fiables.

EL

J'ai fini par trouver, il y a quelque temps de cela, quelques papiers abordant cette question de la mobilité sous une perspective comparatiste. Seul deux d'entre eux (les deux premiers de la liste ci-dessous) traitent le problème pour la France, mais tous semblent aller dans leurs conclusions à contre-courant de l'idée courante d'une forte mobilité intergénérationnelle propre aux Etats-Unis, ce qui revient à remettre en question le fameux "rêve américain". On note également que le Royaume-Uni n'est pas épargné par cette comparaison. Voici les références et les liens :

- Arnaud Lefranc et Alain Trannoy (2004), Intergenerational earnings mobility in France : Is France more mobile than the US? (http://www.vcharite.univ-mrs.fr/idep/document/dt/dt0401.pdf)
- Anders Björklund et Markus Jäntti (1999), Intergenerational mobility of socio-economic status in comparative perspective (http://www.sprc.unsw.edu.au/seminars/jantti.pdf)
- Jo Blanden, Paul Gregg and Stephen Machin (2005), Intergenerational Mobility in Europe and North America, A Report Supported by the Sutton Trust (http://www.suttontrust.com/reports/IntergenerationalMobility.pdf)

Je n'ai cependant pas les compétences me permettant de juger de la qualité de ces travaux. Aussi, je serais heureux de connaître l'opinion de l'e-hôte de ces e-lieux.

Bien cordialement,

EL

Bernard Salanie

Merci, je vais regarder ces references.

revenu

Aller sur http://cracking.mynew.ws pour gagner 2000 euros et de nombreux cadeaux,pour gagner 100 euros par mois avec son site web en devenant partenaie de mon site

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.