Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« Flaubert, c'est moi ! | Accueil | Faut-il expliquer ou flatter ? »

Commentaires

Rieux

Je me permets de vous renvoyer à une note d'Alexandre Delaigue d'Econoclastes qui expliquait en quoi la position de Google en Chine peut au contraire être perçue comme louable.

http://econoclaste.org.free.fr/dotclear/index.php/?2006/01/31/372-defense-de-google

Laurent GUERBY

J'avoue ne pas comprendre pourquoi aux USAs le débat se concentre sur Yahoo et Google, qui ne font que faire la même choses que les autres entreprises américaines depuis des décennies dans le secteur. Peut-être google et yahoo ne payent pas assez de pub dans les médias américains ?

urchin

Laurent:
Par "faire la même chose", vous entendez travailler en Chine ou filtrer l'information?
Les journaux américains fournissent-ils une version censurée de leurs papiers à destination de la Chine?

all

[le XML marche :)]

test tibet+independence = http://www.google.com/search?hl=zh-CN&q=tibet%2Bindependence&btnG=%E6%90%9C%E7%B4%A2&lr=lang_zh-CN

plus vicieux , Wikipedia Chine :
http://zh.wikipedia.org/wiki/User:Rich4/edit4

mais qui peut dire non à la Chine ?

Laurent GUERBY

urchin, je ne vois pas de véritable distinction entre les deux. Les journaux américains sont en anglais donc ininteressant pour le marché chinois, nul doute que leur version locale quand il en ont une est conforme au pratique de censure locale, bref rien de pertinent.

Bernard Salanié

J'ai lu l'article d'Alexandre sur Econoclaste. J'ai moi-même évoqué dans mon post l'argument selon lequel il faut admettre que Google prenne pied sur le marché et se plie aux contraintes actuelles en attendant l'heure de la démocratisation. Mais cet argument suppose qu'il y a de forts coûts d'entrée (post-démocratisation) : sinon il vaudrait mieux que Google s'abstienne, puisqu'il pourra toujours arriver avec la démocratie, et qu'actuellement il ne fournit qu'un amplificateur géant à la propagande du régime. Le second argument est que Google ruse avec le gouvernement chinois :

"recherchez "tiananman", "tiennenman", et autres orthographes fausses sur google.cn, et là, vous obtiendrez la même chose qu'ailleurs : des photos de tanks. En d'autres termes, en filtrant exactement ce que le gouvernement chinois lui demande de filtrer, google informe ses utilisateurs chinois de la censure... et leur offre des moyens potentiels de la contourner."

Je l'ignorais...mais le gouvernement chinois (qui lit nos deux blogs avec avidité) va-t-il l'ignorer longtemps ?

econoclaste-alexandre

Le gouvernement chinois s'en rendra compte effectivement... Mais l'accord avec google implique une liste limitative de mots-clés, ce qui implique pour eux d'identifier tous les "faux" mots clé, ce qui ne leur sera pas facile (et rien n'empêche des internautes de créer de nouveaux sites avec de nouveaux mots clé). A ce jeu-là, le gouvernement a de fortes chances de perdre. Et au bout du compte, google même censuré est une force, certes pas aussi puissante qu'on pourrait le souhaiter, dans le bon sens.

Bernard Salanié

Ainsi soit-il...le Congrès s'en mêle ici :

http://www.cfr.org/publication/9852/chinas_internet_partners.html

Julien MARY

Il y a plusieurs manières de réfléchir en ce qui concerne la Chine. L'une consiste à utliser notre grille de lecture occidentale pour essayer de comprendre ce qui se passe là-bas et l'autre, moins accessible, consiste à s'imprégner de culture chinoise, c'est à dire vivre là-bas, pour essayer, tant bien que mal, de parvenir à lire les évenements de Chine avec la grille de lecture de Chine. Le recul culturel permet seulement de se poser des questions que les chinois ne se posent pas, pas forcément de fournir des réponses adaptées.
Notament au niveau du contrôle de l'information par le gouvernement chinois (Je laisse d'ailleurs les questions en suspend, pour commenter les réponses faites à ces questions dans les médias français). Et là, il y a énormément de choses à dire. D'une part se scandaliser du contrôle de l'information en Chine serait aussi ne pas se scandaliser de ce contrôle chez nous, c'est à dire être hypocrite, ou être naïf. Les méthodes utilisées sont différentes mais elles existent. D'autre part, il y a ici un pays de 1200 millions d'habitants, un paquebot comparé à la France, et il est dangereux pour la stabilité du pays de laisser se raconter n'importe quoi, n'importe où, alors qu'il y a en plus d'une province à l'autre des sensibilités culturelles qui diffèrent. Le 4ème pouvoir est tout de même celui qui peut à tout instant faire plier tous les autres, et les 3 autres souhaitent de partout mettre ce chat dans son sac.
La différence essentielle reside finalement dans la méthode. En France, personne ne souhaite se prendre un contrôle fiscal, par exemple.
Un autre aspect réside dans l'idée que les chinois se font, de part leur background culturel de tel faits. Et alors là, sur ce point, nous européens somme peut-être un peu trop certains de l'universalité de nos valeurs. Quand ça devient critique, on peu même utiliser cette certitude pour aller, ... libérer les irakiens.
Ce principe se manifeste à de nombreux niveaux, en particulier pour la question de la manière d'agir de Google et Yahoo. Le champ de l'action est une culture non pas individuelle, comme chez nous, mais de groupe. L'índividu résonne en terme de famille, de clan, de parti, de promotion, d'université d'origine, en chinois de GuangXi (=connections= les liens avec les autres). Ainsi le fait est moins choquant pour un chinois qu'une décision affecte un individu, si cette décision permet de maintenir une stabilité au groupe. Et ici comme ailleurs les changements se feronts, mais pas à pas.
La déclaration universelle des droits de l'homme ne fait pas écho chez eux comme chez nous, c'est culturel. Cela peut paraître surprenant mais j'en ai fait le constat. Les chinois éduqués connaissent parfaitement ce texte et il n'a pour eux pas le même écho que pour nous. Aussi la chine est un pays très fier de sa culture, et l'idée d'adopter un point de vue occidental sur une question serait abandonner une partie de cette fierté pour un systême qui bien qu'il puisse être meilleur n'aurait fait ses preuves que pendant deux cents ans. Ce qui parait ridicule au regard de 5000 ans sans démocratie au cours desquels cette nation a su briller parmi les autres. Ainsi les chinois ne parlent pas de politique comme nous le faisons tout le temps, mais plutôt de business, de questions de société, culturelles etc ... de tout, mais pas de politique. Et ce non pas que ce soit un sujet tabou, mais leur gouvernement s'autoselectionne parmi les gens les mieux éduqués et de manière responsable. De ce point de vue, nous pouvons nous poser la question de savoir si la démocratie est un mode de fonctionnement vraiment responsable quand on se rappelle qu'Hitler est arrivé au pouvoir de manière démocratique, que le Pen s'est récemment retrouvé au deuxième tour ou que Bush a été réélu.
Ainsi je pense que le débat, chez nous, concernant les propos de gens pouvant déstabiliser un systême politique en place, qui fonctionne, avec ses défauts et ses qualités, et une appréhension culturelle radicalement différente, est tout simplement nul et non avenu. C'est ce débat dans lequel Yahoo et Google ont la sagesse de ne pas rentrer.
Faire comprendre cela aux gens qui les interrogent et aux médias occidentaux me parait peine perdue.

Julien (Beijing depuis 4 ans)

JJLuca

mettre sur le même pied Bush LePen et Hitler, n'est pas aller un peu trop loin?

Bernard Salanié

A propos de la Chine, "leur gouvernement s'autoselectionne parmi les gens les mieux éduqués et de manière responsable", franchement, on croit rever. De quelle periode parlez-vous ? Pas l'Empire du Milieu, je suppose. Pas non plus les Seigneurs de la Guerre. Ah, ce doit etre ce despote somptueusement eclaire qu'etait Mao de 1949 a 1976....

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.