Ma Photo

En exergue :

  • Frank Ramsey, "Truth and Probability" (1926)
    The highest ideal would be always to have a true opinion and be certain of it; but this ideal is more suited to God than to man.
  • Jules Bertaut, "1848 et la Seconde République" (1937)
    L'enthousiasme est pour rien chez nous : aussi les Français, peuple avare par excellence, le répandent-ils avec une générosité qui n'a d''egale que leur versatilité.
  • Turgot, lettre à Du Pont (1773)
    C’est au public lisant et réfléchissant qu’il faut parler, c’est à lui qu’il faut plaire, lui et lui seul qu’il faut persuader ; toutes les flagorneries aux gens en place, tous les petits détours dont en s’enveloppe pour ne pas les choquer sont une perte de temps écartant du vrai but et ne réussissant même pas à faire sur eux l’impression qu’on s’est proposée.

Recherche Google


Inscrivez-vous à ma newsletter

Powered by
FeedBurner

Blogs recommandés

Blog powered by Typepad

Merci à StatCounter


« M. de Villepin au secours des classes moyennes | Accueil | La grippe du poulet »

TrackBack

URL TrackBack de cette note:
http://www.typepad.com/services/trackback/6a00d83451ba5c69e200d8348a677c69e2

Voici les sites qui parlent de Les économistes et le coût d'opportunité :

Commentaires

V

Ce que montre cet expé, est-ce que les économistes ont tort, ou que les regles de modelisation des comportements le sont ? Implicitement on fait plusieurs hypotheses :
- que l'argent perdu et l'argent gagne se mesurent sur une meme echelle
- que le risque est nul
- qu'un estimation de la valeur d'un concert est une évalutation exacte et sans risque
- que la variance sur la valorisation de Bigeard est identique à celle pour Johnny

Toutes choses inexactes !

jid

euh, personnellement je n'ai rien compris ;-(

all

C'est Jean-Marie Bigard celui qui bourre Bercy

Francis Amer

Ah bon Thierry Breton a demissionné suite au scandale de l'entente dans la téléphonie mobile ???

Marion

de toute facon , moi j irai écouter Benabar....

Bernard Salanié

* V : "Implicitement on fait plusieurs hypotheses"... bien sûr, sans quoi on ne pourrait pas avancer. Ce sont des hypothèses bien connues des économistes, et cela ne peut donc servir à les excuser.
* jid : supposons que vous ayez la possibilité d'acheter pour mille euros un ordinateur dont vous savez que vous pourrez immédiatement le revendre à Johnny pour deux mille euros. Le profit de cette opération est de mille euros. Mais si vous aviez aussi la possibilité de placer ces mille euros dans l'achat d'un lecteur DVD dont Bigard, encore + bête que Johnny, est prêt à vous donner trois mille euros, alors l'achat de l'ordinateur ne paraît plus aussi profitable... c'est ce qu'on entend par coût d'opportunité. Ici, l'achat d'un ordinateur procure un profit de mille euros mais a un coût d'opportunité de deux mille euros. De même, dans l'exemple des spectacles, aller voir Johnny procure un "profit" égal à la valeur de son spectacle (x) moins le coût du billet (0) ; mais on y perd un temps qu'on aurait pu passer à obtenir un "profit" de 50-40=10 chez Bigard. Ces 10 euros sont le coût d'opportunité auquel il faut comparer x.

V

Oui mais peut-on reprocher aux economistes de se comporter comme des hommes, plutot que comme leurs modeles ???? Si c'était le cas on aurait affaire à des égoistes manipulateurs, calculateurs et court termistes qui finiraient probablement à se regrouper en secte.

C'est bien une fiction, hein ???

bliblo

Cet article est très intéressant. Je serais amusé de voir les résultats en France, et plus particulièrement dans le temple de la modélisation-sans-réfléchir dans lequel vous avez enseigné : l'ENSAE.

La didactique de l'économie a encore beaucoup de progrès à faire pour être considérée par les universitaires comme une science valant que les professeurs s'y penchent.

jid

ok, compris cette fois-ci!

Bernard Salanié

L'ENSAE "temple de la modélisation-sans-réfléchir", j'ai déjà entendu cela de nombreuses fois. Je suis d'accord avec l'idée que l'enseignement de l´économie (à l'ENSAE comme ailleurs) devrait plus s'appuyer sur des illustrations des mécanismes en jeu. Mais cela (qui se pratique aux Etats-Unis) prend beaucoup de temps : disons 60 heures pour un cours d'introduction à l´économie ("principles"), 30 en microéconomie un peu plus formalisée ("intermediate", je commence demain...:-)), idem en macroéconomie. L'ENSAE ambitionne d'enseigner aussi la statistique et l'économétrie, sans parler de droit ou de comptabilité. Le temps disponible est insuffisant pour ajouter beaucounp d'exemples. Ceci dit, l'ENSAE a tout de même formé un pourcentage élevé des économistes francais les plus connus à l'international... mais je soupconne que vous accuseriez aussi ces personnes de faire de la "modélisation-sans-réfléchir".

bliblo

> mais je soupconne que vous accuseriez aussi ces personnes
> de faire de la "modélisation-sans-réfléchir".

Point, point... De fait, les qualités scientifiques des professeurs de l'ENSAE m'ont toujours imposé le respect. En revanche, leur absence de compétences didactiques me laisse songeur... Il est vrai que le contrat que s'impose l'école est intenable. Mais je diverge... Reste une chose : les anlo-saxons sont meilleurs pédagogues. Probablement parce que le pédagogie est valorisée comme une qualité désirable pour un cours.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.